Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #peintre catégorie

2017-03-30T08:35:35+02:00

RENOIR PIERRE-AUGUSTE (impressionniste)

Publié par Christelle
RENOIR PIERRE-AUGUSTE (impressionniste)

HISTOIRE d'un homme heureux

Auguste Renoir, est née le 25 février 1841 à Limoges. Il peindra un peu partout "comme on respire" dira Octave Mirbeau, grandira à Paris dans ce quartier du Carrousel où ses parents, Léonard Renoir, tailleur, fils d'un sabotier et sa femme, Marguerite Merlet, ouvrières en robes, se sont installés.

Dès sa naissance, il possède un autre don qui l'aidera dans les pires moments de sa vie, l'aérera, lui fera prendre espoir : un goût intense du bonheur, et sans doute plus encore que cela, une science innée, irraisonnée du bonheur.

Science nourrie de riens, la couleur du temps, la vue d'une passante, un fruit, une fleur, un bel enfant...De toutes ces choses, Renoir ne retient que ce que, d'instinct, il recherche, le reflet de sa joie dans la lumière, la couleur, ou un regard.

Enfant, il accomplit ce que nous attendons de lui, couvre de dessins tout ce qui lui tombe sous la main. Ses cahiers d'école en sont criblés, et si ses professeurs le lui reprochent, il s'en trouve un pour l'encourager dans cette voie.

Son père le place à 13 ans, comme apprenti chez un décorateur de porcelaine, dans la fabrique "Lévy Frères".

En 1862, Renoir a vingt et un ans et décide de sauter le pas "se présenter à l'école des Beaux Arts", il est reçu 68/80 et s'inscrit sur la recommandation d'Emile Laporte, un de ses anciens camarades d'enfance, à l'atelier Charles Gleyre.

Il fait la connaissance de Frédéric Bazille, Alfred Sisley et Claude Monet.

Raillés, méprisés, Renoir et ses amis s'obstinent dans leur effort créateur.

la loge 1847

la loge 1847

autoportrait 1875 : le portraitiste l'emporte d'abord sur le paysagiste au plein air

autoportrait 1875 : le portraitiste l'emporte d'abord sur le paysagiste au plein air

La manière de regarder le motif est neuve, mais le style se cherche encore. Toute d'accents brefs et lumineux, la technique impressionniste né d'un travail commun, d'une confrontation permanente permet enfin de retenir dans sa miraculeuse richesse de couleur et de vie.

Observateur attentif et charmé des rues de Paris Renoir y trouve une source inépuisable de modèles féminins. Il se plaît à décrire les fastes d'une salle de théâtre, son atmosphère de luxe et d'apparat mais aussi le monde des actrices, des ballerines, ou celui, plus fruste, des gens du cirque. La danse le ravit, qu'elle ait pour cadre une guinguette ou un salon parisien. S'il peint parfois la bourgeoisie son goût profond le ramène à la simplicité des plaisirs populaires et Montmartre lui inspire la plus célèbre de ses toiles : " le moulin de la Galette ".

En 1874, Renoir est à l'apogée de sa période impressionniste qui trouve un sublime aboutissement, en 1881, avec le " déjeuner des canotiers "

Mais lentement, Renoir se dégage des influences , celle de Courbet surtout pour conquérir son originalité.

C'est alors que vient poser près chez lui une de ses voisines de la rue Saint-Georges, Aline Charigot, celle qui partagera sa vie et lui donnera trois fils. Il l'épouse le 14 avril 1890.

Dès lors il ne cessera de voyager et de déménager.

Le moulin de la Galette 1876

Le moulin de la Galette 1876

Renoir avait sacrifié à la mode de l'orientalisme sans égaler Delacroix. L'Algérie lui révèle la vraie poésie de l'Orient. Si les paysages italiens demeurent impressionnistes de facture la " Baigneuse blonde ", qui manifeste un nouveau souci de la forme, marque un tournant dans son évolution.

Le Midi l'attire de plus en plus, mais il n'y cherchera pas, comme Cézanne, la rigueur de l'architecture.

La foule des passants se prête maintenant à une savante recherche de forme, de composition et la figure, jadis fondue dans le paysage s'en détache nettement. Rigoureux, précis, le dessin échappe à la sécheresse lorsque le sujet émeut Renoir. Œuvres d'une suprême élégance où s'entremêlent le maniérisme et la spontanéité les toiles de la période ingresque ouvrent la voie à un art pleinement personnel.

 

Irène Cahens d'Anvers 1880

Irène Cahens d'Anvers 1880

le déjeuner des canotiers 1881

le déjeuner des canotiers 1881

la danse à la ville 1883

la danse à la ville 1883

Lucie Bérard 1884

Lucie Bérard 1884

Il ne peint plus que ce qui l'enchante ; les enfants, les moments heureux et graves des premières découvertes, la nature méditerranéenne gorgée de soleil. Tout est prétexte à magnifier le corps féminin, la splendeur de la carnation, la plénitude des formes qui haussent ses Baigneuses au rang des déesses. Même la plus populaire des scènes revêt une noblesse antique. La monumentalité des dernières œuvres exigeait la sculpture pour couronner cette superbe célébration de la Femme.

Renoir meurt le 3 décembre 1919 à Cagnes sur Mer dans la maison des Collettes auprès de ses fils Jean et Claude, ainsi que de Félix Fénéon son conseiller artistique, et Ambroise Vollard.

Gabrielle et Jean 1895

Gabrielle et Jean 1895

Jean 1901

Jean 1901

les baigneuses 1919

les baigneuses 1919

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog